Les expositions

La phase des travaux

À venir : Rivelazioni (28 juin -27 octobre 2024)

En prévision de son ouverture officielle prévue en 2026, le musée organise une série d’expositions pendant la phase des travaux de restructuration de l’ancien couvent de Sant’Orsola et invite des artistes contemporains à porter leur regard sur le monument et son histoire. D’une exposition à l’autre, les visiteurs pourront ainsi participer à la redécouverte et à la renaissance de ce site demeuré trop longtemps inaccessible.

Rivelazioni : Juliette Minchin et Marta Roberti enchantent l’ancien couvent de Sant’Orsola

La deuxième exposition du futur musée met à l’honneur la sculptrice française Juliette Minchin et la dessinatrice italienne Marta Roberti toutes deux appelées à Sant’Orsola pour porter leurs regards singuliers sur le lieu et y créer des œuvres in situ. Les installations en cire de Juliette Minchin et les délicats dessins de Marta Roberti permettront de révéler aux visiteurs des aspects inédits de l’histoire de l’ancien couvent tout en le faisant basculer dans une nouvelle dimension, celle du rêve.

Exposition passée : Oltre le mura di Sant’Orsola (juin, septembre 2023)
Sophia Kisielewska-Dunbar et Alberto Ruce racontent des histoires oubliées

Pour la première exposition, Par-delà les murs de Sant’Orsola, deux jeunes artistes ont été sollicités pour créer des œuvres originales inspirées par les femmes qui vécurent jadis entre les murs du couvent.

Se référant à l’histoire de Lisa Gherardini, modèle présumé de La Joconde de Léonard de Vinci, qui passa les dernières années de sa vie à Sant’Orsola, le street artiste Alberto Ruce avait conçu une installation suspendue au-dessus des fondations de l’ancienne église et du lieu de sépulture de Monna Lisa. Dans l’ancienne apothicairerie du couvent, en revanche, il a peint directement sur les murs en béton des compositions évoquant l’activité pharmaceutique pratiquée autrefois par les religieuses.

Le monumental triptyque de Sophia Kisielewska-Dunbar, Noli me tangere, exposé dans la seconde église, a été, quant à lui, pensé pour entrer en dialogue avec le patrimoine ancien et dispersé de Sant’Orsola et interroge sur la condition féminine à l’intérieur des couvents.

Les artistes

Sophia
Kisielewska-Dunbar

Sophia Kisielewska-Dunbar (née en 1990) est une artiste et historienne de l’art vivant à Londres. Diplômée de l’Université d’Edimbourg en 2013 elle a travaillé pendant plusieurs années en tant que chercheur chez Day & Faber, une galerie d’art londonienne spécialisée dans les dessins européens. Sa pratique artistique touche à une grande diversité de techniques comme la peinture, la broderie, la sculpture (modelage) mais aussi le dessin et la performance. Son travail est marqué par une volonté d’initier un dialogue entre le passé et le présent avec comme focus principal la représentation de la femme dans l’art occidental. Sophia a participé à de nombreuses foires artistiques et expositions collectives à Londres et à l’étranger. À l’été 2024 elle présentera sa première exposition personnelle à Paris.

La première artiste en résidence à Sant’Orsola

Entre le 15 juin et le 15 septembre 2022 elle a été la première artiste en résidence du futur musée Sant’Orsola à Florence. À Florence elle a travaillé au sein de deux ateliers hors les murs: auprès du Spazio Schola de l’Accademia Italiana, puis, grâce à un partenariat culturel, elle a été accueillie dans un second atelier au sein du Lycée artistique de Porta Romana.

Son travail a débuté par une période d’étude et de recherche des sources écrites et des témoignages matériels du patrimoine fragmentaire de l’ancien couvent de Sant’Orsola. L’artiste a essayé de s’immerger dans les œuvres de ceux qui y ont travaillé et dans la culture visuelle de l’époque. Elle a ensuite entamé une période d’expérimentations qui a conduit à l’élaboration de deux projets artistiques distincts mais liés entre eux. Les deux projets, un monumental, Noli me Tangere, et un miniature, Rewriting Sant’Orsola, seront acquis par le musée. Ils constitueront le point de départ de sa collection d’art contemporain.

Alberto
Ruce

Alberto Ruce (né en 1988) est un artiste sicilien vivant à Marseille. Son parcours artistique a débuté par le graffiti, en autodidacte. En 2009 il s’installe à Paris où il suit les cours de dessin, peinture et perspective des ateliers des Beaux-arts et son art se rapproche alors de la figuration. En 2012 il prend part à l’exposition collective GRAFF au Luxembourg ; Quatre ans plus tard il organise sa première exposition personnelle 433’’ à la Gadam Gallery de Messine (Sicile). Depuis il a participé à de nombreuses expositions et festivals en Italie et en France. En 2021 il remporte le deuxième prix du Concours International art urbain Pébéo (Paris). À l’été 2023 il présentera à San Marco D’Alnuzio et à Palerme son projet de recherche sur les micro-migrations intitulé Transumanze, débuté en 2019 et réalisé en collaboration avec la vidéaste Carla Costanza.

Ses peintures murales urbaines sont visibles à Brignoles, Paris, Marseille, Thonon-les-Bains, Champigny-sur-Marne, Montalbano, Elicona, Messine, Palerme, Enna, Bertinoro, Mostar, Athènes et aujourd’hui à Florence.

De mars à mai 2023 Alberto Ruce a été convié à Sant’Orsola pour prendre part au projet Musée éphémère. Ses œuvres, du moins telles quelles se présentent aujourd’hui, auront une visibilité temporaire puisqu’elles pourraient être transformées voir effacées par les futurs travaux de réhabilitation de l’ensemble du complexe.

Le musée

Le Futur Musée Sant’Orsola

Le futur musée Sant’Orsola, dont l’ouverture est prévue en 2025, sera géré par une fondation privée à but non lucratif, créée par Artea. Il aura une double mission celle de préserver la mémoire du lieu et celle de promouvoir la création artistique contemporaine en faisant appel à des artistes confirmés ou émergents pour réaliser des œuvres en lien avec son histoire.

Le musée prendra place dans l’ancienne église du XIVe siècle où la Surintendance de Florence a réalisé des fouilles archéologiques entre 2011 et 2014. Les futurs travaux promettent la mise en valeur de leurs découvertes parmi lesquelles la tombe de (Monna) Lisa Gherardini, la présumée Joconde de Léonard de Vinci.

Redécouvrir et rassembler le patrimoine épars de SantOrsola

Le patrimoine artistique et tous les biens du couvent ont été dispersé et une partie se trouve encore à Florence ou dans ses alentours, dans des musées ou institutions publiques. Le musée entend valoriser le patrimoine fragmentaire de Sant’Orsola à travers des campagnes de restauration et de demandes de prêts ou de dépôts d’œuvres provenant de l’ancien couvent.

Constituer ses propres collections

Le patrimoine perdu de Sant’Orsola sera réévoqué à travers le regard d’artistes contemporains, avec leurs propres moyens d’expressions. Le musée entend construire ainsi sa propre collection d’art contemporain, par le biais de commandes, en invitant des artistes à réaliser des œuvres originales inspirées par le lieu.

Infos pratiques

L’ancien convent de Sant’Orsola se trouve au cœur de Florence, à proximité de la gare principale Santa Maria Novella, à deux pas du marché central, de la basilique San Lorenzo et des chapelles des Médicis et à moins de 5 minutes à pieds du Duomo.

Visite de l’exposition Oltre le mura di Sant’Orsola en langue française  le 12 octobre 2023 à 16h30. Pour s’inscrire envoyer un mail à info@museosantorsola.it

Jours et horaires

Temporairement fermé au public.
Prochaine exposition prévue au Printemps 2024.
Ouverture officielle du musée Sant’Orsola prévue en 2025.

Adresse

Ancient couvent de Sant’Orsola
Via Sant’Orsola, Florence
50123 Firenze

Contact